vendredi 6 janvier 2017

Le jour où j'ai rencontré ... Baptiste Beaulieu



La Muse & Baptiste Beaulieu



Pour écouter la chronique, il faut cliquer sur le lien ci-dessous :

J’ai rencontré Baptiste Beaulieu presque par hasard (si, si, je vous jure). Ben oui, je suis comme ça, moi, naïve, gentille et tout et tout. Je vous explique : "il était une fois, dans un beau pays, une Muse ..."
Nannnn, je m'égare. Je recommence.
J'ai lu un texte de Baptiste Beaulieu, qu'il avait eu l'extrême gentillesse de partager sur Facebook, et qui (rien que ça) avait été sélectionné par "ELLE" (de mémoire, hein). Texte magnifique, que je me suis empressée de partager. Et puis, j ’étais déjà fan du blog « Alors voilà », mais je ne savais pas que c’était de lui.

Alors, quand j’ai su qu’il venait en dédicaces, invité par Lydie Zannini de la librairie du Théâtre de Bourg, pour le salon d’Attignat, le 9 octobre dernier, mon sang n’a fait qu’un tour. Je suis devenue pire qu’une groupie : je veux et j’irai rencontrer Baptiste Beaulieu !!!

Mais bon, Attignat, c’est pas la porte à côté de chez moi (surtout que j’avais déjà sacrément mal !).

Alors, quoi ? La Muse n’y va pas ???
Nan, mais c'est "La Muse", celle qui parle si bien des auteurs, celle qui vous fait rencontrer les auteurs, illustrateurs, maisons d’édition, celle des "3 minutes chrono" … Celle qui fait briller les yeux des loupiots (et des plus grands) quand elle raconte des histoires … C'est La Muse, quoi !!!!

Ahhhh, Attignat : j’aurais pu ne pas y aller (ben oui, bobo, hein) : il y avait d’autres supers auteurs (Annie Blanc, Sandra Garcia, Marie Garnier, Joëlle Vincent, Serge Bouchet de Fareins, Laetitia Pettini, Roland Fuentes, Thibault Guichon (qui écrit Edmond, géniale découverte aussi), GN Paradis, Alain Blondeau et Stayly Dompierre, ... et en sortant, j'ai même croisé Lucile Dumont ... mais ceux-là, je pouvais les voir lors d’autres salons, plus près de chez moi (donc avec moins de douleurs).

Comment faire ? Heureusement, mon super taxi-amoureux (Jean-le-taxi, et non Joe, hein !!!) m’a dit : « Allez, je t’emmène voir Baptiste ! »
(Viens, je t'emmène, où les étoiles retrouvent la lune en secret, viens, je t'emmène, où le soleil le soir va se reposer, j'ai tellement fermé les yeux ... Mais je m'égare, là !!!).

Youpiiiii ….. et c’est parti pour une belle, une magnifique rencontre (surtout que le même jour, j’ai rencontré également Lorraine Fouchet (je ne lui ai pas acheté de livre, parce que bon, plus de sou, mais qu’est-ce que je regrette !!! Promis, Lorraine, la prochaine fois, mais je te l’avais dit, hein !).

Alors comme je suis 1. La Muse (The Muse, the best, LA référence dans le Monde littéraire, ben oui, quand même ! ... et puis, d'une modestie, n'est-ce-pas ?) et 2. Une petite futée (comme dans Jurrassik Parc, quoique … ), et que je n’avais pas envie d’y aller pour rien, j’ai quand même demandé à Baptiste ses horaires de présence, et j’ai bien fait !!!

Cette journée fut merveilleuse. Comme prévu ! J’ai revu plein d’ami(e)s auteur(e)s, illustrateurs/trices, et déjà ça, c’était top !!! Et puis, la rencontre avec Baptiste Beaulieu. Waouuuu !!! 

Alors, je vous explique : Baptiste Beaulieu est médecin de son état, mais aussi écrivain et Humaniste (oui, oui, on peut être tout cela à la fois), et un homme moderne. Alors, il poste. Sur Facebook, sur son blog, sur Twitter. Et moi, je suis une vraie fan, une groupie, alors je suis abonnée, vous pensez bien !!! (d'ailleurs, je vous invite à vous abonner à ses comptes, ses posts sont d'une humanité, ça fait du bien !).
 

Avant de venir dans notre beau département, il avait posté que le Monde était tellement laid qu’il avait envie de bonheur, et décrétait que la journée du samedi (où il dédicaçait chez Lydie) et celle du dimanche (au salon d’Attignat, donc) serait journées des câlins ! Pour résumer, il précisait qu’en tout bien tout honneur, et qu’à demande, on avait le droit à un câlin. Parce que le bonheur, c’était aussi ça.

Bon, moi, vous me connaissez ! J’suis timide ;) Si, siiii, je vous jure !!! Alors, au stand de la librairie, j’ai acheté un livre de Baptiste (le dernier, donc, « La balade de l’enfant gris ») et puis tiens, un autre (« Alors vous ne serez plus jamais triste » en format poche, parce que bon, plus de sou …). Mais j’ai regretté de ne pas avoir pris « les 1001 vies des urgences » (du coup, je l’ai acheté en poche en décembre, mais il n’est pas dédicacé).

Bon, reprenons le cours de l’histoire ! Comme une vraie groupie-fan que je suis, je fais la queue avec mes livres en attendant mes dédicaces (il y avait du monde, hein, même à midi !!!). Et j’arrive près de Lorraine (charmante et super gentille), installée juste à côté de Baptiste. La tension monte. Vais-je lui demander un câlin ? Pfff, j’oserais même pas en rêve. Et là, la chance ! La dame devant (un peu moins jeune que moi, si je puis me permettre) demande le câlin et y a droit !!! (donc en tout bien tout honneur, et pour vous expliquer, Baptiste se lève et prend les gens dans ses bras = câlin). Ahhhh, ben je demande le mien, alors !!! Hop, câlin !!! C’est vrai que ça fait du bien, un câlin, gratuit, juste parce qu’on est heureux de se rencontrer. Là je dis bonjour, toute timide, et je tends ma carte de Muse à Baptiste. « Oh, c’est toi ? » me dit-il. 2ème câlin !!! (trop gentil !!! Pas peu fière d’être reconnue comme cela). Et là, je lui réponds : « Mon mari m’en emmenée, sinon, je n’aurais pas pu venir, à cause de mes douleurs ». Du coup, Jean-le-taxi a aussi eu le droit à son câlin.

Bon, Baptiste était très, très pris, on a juste eu le temps de faire une photo (celle postée plus haut, ce qui n’est déjà pas mal), et Mini-Muse, qui s’était installée à la table de dessin d’une amie illustratrice (Sandra Garcia, pour ne pas la citer), veut aussi un câlin à présent !


Bon, ben Baptiste, avant que je ne parle de ton livre, tu sais que quand tu reviendras, tu seras attendu, et pas par n’importe qui !!! Une Mini-Muse adorable qui veut son câlin..

A très vite !
Et du coup, je ne vous ai pas chroniqué « La balade de l’enfant gris ». Promis, dans pas longtemps, et franchement, c’est un super livre. Il est beau. Il est plein d’humanité. Il est magnifique. 

Allez, ce soir, je termine « Alors vous ne serez plus jamais triste », que je vous conseille, notamment si vous avez le blues. C’est drôle, mais drôle !!! Et plein d’humanité. Et toujours de Baptiste Beaulieu.

La Muse, groupie !!!