samedi 14 octobre 2017

Chronique : Aristide de Merry Daurey. Illustrations Vay. Chez Nats Editions

Aristide

de Merry Daurey / Vay
chez Nats Editions


Voici un bien beau petit livre jeunesse que j’ai accepté en Service Presse (oui, parce que j’accepte si je veux - ou peux, et là, je voulais trop trop bien).

Attention, roulement de tambour et tout le tralala, mesdames et messieurs, jeunes gens, je vous présente … tadaaaa : Aristide :


De Merry Daurey illustrations Vay chez Nats Editions.


L’histoire ? C’est l’histoire d’un jeune prince, bien trop timide, qui se prénomme Aristide. Il est rêveur, et adore regarder les étoiles. Ses parents malheureusement disparus, c'est son oncle qui tient la régence du Royaume. En effet Aristide, trop timide, ne s’en sentait pas capable. Du coup, il se disait qu’il attendrait ses 18 ans pour être roi.
(Et ma foi, pourquoi pas ? C’est bien de regarder les étoiles).

Mais Aristide est bien trop naïf, et son oncle se révèle être un bien vilain personnage, qui rêve de supériorité et fait passer le jeune prince pour un moins que rien.

Heureusement, Marguerite, une jeune maraîchère amie, est là.

Et grâce à des expériences, ils vont réussir tous deux à sauver le royaume qu’on pensait perdu à cause du Régent.

Ce que la Muse en pense : Cette histoire est très belle, et pour une fois, change un peu des traditionnels contes où on retrouve "la-princesse-perdue-et-le-super-chevalier-qui-vient-à-son-secours". J’aime bien. En plus, Aristide est trop craquant, il ressemble un peu à la Muse, avec son côté rêveur, à regarder les étoiles.

Marguerite, qui a son âge, n’est pas dupe et comprend bien la situation.  

Les phrases sont bien tournées et les mots très bien choisis : « la mâchoire failli lui en tomber » , « le machiavélique Régent » … 

Les enfants liront avec grand plaisir ce livre, qui de surcroît, est magnifiquement illustré, avec des dessins couleurs et d’autres en noir et blanc.

La petite Marguerite, bien que jeune, va tout faire pour aider le Prince à retrouver son statut. 

J’apprécie beaucoup cette jeune fille qui n’hésite pas à se rebeller contre ce qu’elle trouve (et ce qui est) injuste (c'est mon côté "Muse-Sauveuse-du-Monde-après-Bruce-Willis").

Et puis, cette petite fille qui porte si bien son prénom, connait bien des secrets, qu’elle va partager avec Aristide, afin de l’aider à récupérer son royaume.

Les illustrations de Vay sont splendides, parfois en pleine double page, ce qui rend le texte encore plus prenant et doux. A un moment, le texte est carrément inséré dans les feuillages d’un arbre. Le rendu lors de la lecture (et même avant) est tout simplement magnifique.


Pour conclure : J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, car en plus de l’histoire, qui déjà est très belle et très drôle, il y a un apport scientifique, que les enfants comprendront sans peine tant les explications sont à leur portée. Ainsi, ils découvriront le microscope, l’alambic, mais pas que. D’expériences en expériences, les deux jeunes vont faire preuve d’une surprenante maturité et sauver non seulement la nature, mais aussi la population. Quant au Régent … la fin lui réservera une surprise assez cocasse pour le lecteur. 


Retrouvez l'interview de Vay sur le site de l'éditrice en cliquant ici



La Muse, Muse-Sauveuse-du-Monde-après-Bruce-Willis



Merci à Nats Editions.

Ce livre est chroniqué dans le cadre d’un Service Presse.